Menat où il fait bon vivre. son abbaye, son pont, ses points de vue....

  • Menat
  • Menat
  • Menat

Accueil du site > Menat > Histoire de Menat

Histoire de Menat

ville menat

L’origine du nom de Menat remonterait au VIe siècle avec les formes latines Manathensis ou Cellula Manatensis (cellula dans le sens de « cellule » de moines, en somme d’un petit monastère). On retrouve Menatum dans un document de 1286. Le toponyme viendrait de Mansio (« maison ») ou du patronyme latin Maso1.

Albert Dauzat et Charles Rostaing hésitent entre un dérivé de mansio (mot qui a donné maison en occitan et en français) ou du nom d’homme latin Maso, l’un ou l’autre assortis du suffixe d’origine gauloise -acum. Mais les attestations du VIe siècle fragilisent à la fois la présence du suffixe, qui n’a pu donner -at que bien après cette époque, et celle d’un -s- dans le radical .

Sous l’Ancien Régime, au moins depuis le XIVe siècle, Menat était un des quinze archiprêtrés du diocèse de Clermont

À la formation des communes en 1790, Neuf-Église et Menat furent réunies en une seule entité communale appelée « Menat ». La paroisse de Menat fut incluse dans celle de Neuf-Église bien qu’étant chef-lieu de canton. Progressivement, Menat s’imposa. Mais la mésentente perpétuelle des deux sections communales poussa Neuf-Église à demander son indépendance. Le processus administratif fut long, mais grâce à l’appui d’Henri Lecoq (savant botaniste et géologue et doyen de la faculté des sciences de Clermont-Ferrand, propriétaire et conseiller municipal de la commune) l’affaire aboutit en 1883. C’est son neveu lui aussi appelé Henri Lecoq qui fut le premier maire de Neuf-Église.

Entre les recensements de 1881 et 1886, la commune de Menat perdit 719 habitants à cause de la scission. On peut donc estimer que la section de Neuf-Église représentait environ 35 % de la population communale.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP